Medipedia : Prévention, Bien-être & Santé

Prévention, Bien-être & Santé

VIH-SIDA


TÉMOIGNAGES

«Notre but: 90% des personnes porteuses du VIH diagnostiquées en 2020»

«Notre but: 90% des personnes porteuses du VIH diagnostiquées en 2020»

Pr Stéphane De Wit, Chef de Service des Maladies Infectieuses au CHU Saint-Pierre

Pour mettre fin à l’épidémie de sida dans le monde, l’OMS a défini une cible ambitieuse pour 2020: 90% des personnes vivant avec le VIH devront être dépistées, 90% des personnes diagnostiquées devront recevoir un traitement antirétroviral durable et 90% des personnes traitées devront avoir une charge virale durablement supprimée. En Belgique, l’accent est mis sur le dépistage.

La cible: diminuer l’épidémie cachée

«La prise en charge du VIH en Belgique, comme dans de nombreux pays européens, est efficace: aujourd’hui plus de 90% des patients diagnostiqués reçoivent un traitement antirétroviral et, parmi ceux-ci, 90% au moins ont une charge virale indétectable. Notre point faible est le dépistage: on estime que 15 à 20% des personnes séropositives s’ignorent. C’est ce qu’on appelle l’épidémie cachée», explique le Pr de Wit. «Nos efforts doivent se concentrer sur ce volet pour faire en sorte qu’au moins 90% des personnes infectées connaissent leur statut. Une fois dépistées, les personnes séropositives peuvent recevoir un traitement antirétroviral et contrôler leur charge virale. Le dépistage et la prise en charge qui s’en suit représentent donc un bénéfice pour l’individu mais aussi pour la communauté, puisqu’un patient en suppression virologique ne transmet plus le virus.»

Mieux cibler les populations à risque

«Dans notre pays, quelque 600.000 tests de dépistage sont réalisés chaque année. Nous effectuons beaucoup de tests. Le problème est que nous ne ciblons pas suffisamment les deux plus grands groupes d’intérêt, à savoir les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes et les migrants essentiellement d’origine subsaharienne. Nous allons par exemple réaliser un test de dépistage en préopératoire chez une personne âgée qui se fait opérer de la cataracte: la probabilité que ce patient soit séropositif reste faible par rapport aux populations à risque!».

Les freins au dépistage

«L’épidémie cachée en Belgique est associée à un taux de dépistage tardif de 30-35%. Les freins au dépistage – et au dépistage précoce – sont de plusieurs sortes:

  • Au niveau médical, il y a encore trop d’opportunités manquées. Il arrive que des patients qui devraient subir un dépistage pour une raison médicale ne soient pas dépistés. C’est notamment le cas de patients présentant une maladie sentinelle (maladie pour laquelle au moins 1% des patients sont séropositifs. C’est le cas de la dermatite séborrhéique, mais aussi de l’hépatite B, C, des autres IST, de la tuberculose, du zona…) qui devraient systématiquement être testés.
  • L’accès à des structures faciles de dépistage est restreint. Actuellement, il n’existe par exemple que 3 centres de dépistage anonymes et gratuits en Belgique (Anvers, Bruxelles et Liège).
  • Il existe un réel déficit dans l’éducation sexuelle et affective des publics jeunes.
  • De nombreux freins socio-culturels sont présents dans notre société, comme le tabou qui règne autour de la maladie, le rejet, la peur de ce rejet, la stigmatisation… Ces freins sont encore plus importants dans les populations d’Afrique subsaharienne.» 

Quels outils pour un ciblage efficace?

«Deux outils sont actuellement mis en place pour faciliter l’accès au dépistage. L’autotest à orientation diagnostique est depuis peu disponible en pharmacie. C’est un outil efficace qui va certainement contribuer à un plus grand nombre de dépistages. Malheureusement, ce test dont le prix est de 30 € n’est pas remboursé par la mutuelle et exclut donc une partie de la population à risque, comme les migrants qui ont d’autres priorités financières. L’autre outil important en passe d’être déployé est le dépistage démédicalisé (sans la présence obligatoire d’un médecin) et délocalisé. Le but de ce dépistage est d’aller vers les populations à risque plutôt qu’attendre qu’elles viennent à nous. À l’image de certaines collectes de sang qui s’organisent sur des lieux d’intérêt, nous allons aussi pouvoir aller là où les personnes à risque sont présentes en grand nombre: dans les boîtes de nuit gay, sur des évènements comme la gay pride, des fêtes africaines… On pourra le faire avec des groupes de la communauté, des activistes, des groupes de soutien qui s’impliquent dans cette cause.»

Partager et imprimer cet article


NEWS

SIDA (VIH): nombre inquiétant d'infections non diagnostiquées 30 11 2021
VIH-SIDA
SIDA (VIH): nombre inquiétant d'infections non diagnostiquées

Selon un nouveau rapport de l’OMS, le nombre de nouveaux cas de VIH diagnostiqués entre 2019 et 2020 aurait baissé de 24 %. Cette baisse serait en grande partie due à la réduction...

Lire la suite
Unity: un guide pour aider les patients séropositifs à se confier à leur médecin 29 03 2019
VIH-SIDA
Unity: un guide pour aider les patients séropositifs à se confier à leur médecin

À l’hôpital, les personnes séropositives sont suivies par un médecin spécialiste du VIH ainsi qu’une équipe paramédicale (psychologue, diététicien(ne), infirmier(-ère) VIH…). Ces p...

Lire la suite
World Aids Day: en route pour 2018! 01 12 2017
VIH-SIDA
World Aids Day: en route pour 2018!

Quelles grandes avancées ont vu le jour durant l’année 2017?

La première avancée en 2017 a été le remboursement de la PreP, une stratégie de prévention qui consiste à prendre u...

Lire la suite
Unity: un guide de discussion pour les personnes vivant avec le VIH 03 10 2017
VIH-SIDA
Unity: un guide de discussion pour les personnes vivant avec le VIH

Qu’est-ce que l’outil Unity?

Les consultations de suivi à l’hôpital permettent de contrôler la santé du patient et d’adapter son traitement au besoin. Au-delà de l’aspect puremen...

Lire la suite

VOS ARTICLES PRÉFÉRÉS

Dépistage du VIH 24 02 2011
VIH-SIDA
Dépistage du VIH

Vous avez eu un rapport sexuel à risque? Un dépistage est possible chez votre médecin généraliste. Il existe également différentes structures où il est possible d'effectuer un test...

Lire la suite
Exercices physiques 24 02 2011
VIH-SIDA
Exercices physiques

En raison des risques auxquels les patients séropositifs sont exposés, il leur est conseillé de maintenir une bonne forme physique. Trente minutes de marche à pied trois fois par s...

Lire la suite
La compliance au traitement contre le SIDA 24 02 2011
VIH-SIDA
La compliance au traitement contre le SIDA

Antirétroviraux : un traitement à prendre à vie

Suivre son traitement scrupuleusement est primordial pour que la trithérapie soit un succès. Évident? Pas forcément! La prise d'an...

Lire la suite
Vivre avec le VIH 24 02 2011
VIH-SIDA
Vivre avec le VIH

  • L'asbl Aide Info SIDA propose entre autres un service d'écoute téléphonique gratuit et anonyme du lundi au vendredi entre 18 et 21 heures au 0800/20.120. Vous pourrez y obt...

Lire la suite
Tabac: quel risque pour les séropositifs? 24 02 2011
VIH-SIDA
Tabac: quel risque pour les séropositifs?

Le fumeur s'expose constamment à des oncogènes, des substances qui favorisent l'apparition de mutations cellulaires à l'origine du cancer. Ces mutations sont courantes chez les fum...

Lire la suite
VIH et les reins 24 02 2011
VIH-SIDA
VIH et les reins

Le VIH peut avoir une toxicité directe sur les reins. Il entraîne alors la détérioration des glomérules rénaux qui sont les filtres des reins. Le sang n'est plus correctement filtr...

Lire la suite

SONDAGE

Je suis séropositif depuis 10 ans. Mes enfants ne sont pas au courant.

MALADIES À LA UNE

Toutes les maladies
NEWSLETTER

MALADIES LIÉES

Dépression
Medipedia facebook

LIENS