Medipedia : Prévention, Bien-être & Santé

Prévention, Bien-être & Santé

Sclérose en plaques


TÉMOIGNAGES

Viser haut malgré la sclérose en plaques

Viser haut malgré la sclérose en plaques

Daniel Coppe, 48 ans

Gravir la plus haute montagne du Maroc: un défi relevé par dix personnes atteintes de sclérose en plaques. De quoi effriter l'image de lourd handicap qui colle à la SEP. Débriefing avec un grimpeur.

Pourquoi avoir participé à ce projet?

Mon neurologue, le Dr Bouquiaux, avait déjà ce projet en tête lorsqu'il m'a diagnostiqué la sclérose en plaques il y a deux ans. Sachant que j'aimais le sport, il m'en a rapidement parlé. J'ai directement été partant. Me lancer un défi sportif, cela m'a boosté et m'a aidé à vivre avec la maladie.

Avez-vous suivi un entraînement?

Oui. Durant les six mois précédant le trek, nous avons fait deux heures de fitness avec un coach, deux fois par semaine.

Fallait-il être en bonne condition physique pour participer?

Le seul critère était d'être en mesure de marcher. Certains étaient en meilleure condition que d'autres. La maladie est différente pour chacun. Personnellement, je souffre entre autres de fatigue ainsi que d'une perte de force dans les jambes. Mais je sens que le sport m'aide à rester en forme. J'essaie de marcher une à deux heures par jour. Plus, ça devient vraiment difficile.

Comment s'est déroulée l'ascension?

Elle s'est étalée sur cinq jours. C'était assez dur car nous devions marcher pendant six à neuf heures par jour! Heureusement, nous faisions une pause toutes les heures. Après un quart d'heure, je sentais que je pouvais redémarrer. La dernière heure du troisième jour s'est révélée particulièrement difficile. A cause de la neige, nous avons dû marcher avec les bagages car les mules avaient dû être arrêtées. Là, j'ai senti que j'arrivais vraiment au bout de ce que je pouvais donner. J'étais content d'arriver au refuge. Le lendemain pour l'ascension finale, le vent soufflait, il gelait… les conditions étaient extrêmes! Heureusement, nous étions bien encadrés par un coach et un guide. J'ai vraiment atteint mes ultimes limites, mais j'étais content de m'être surpassé.

Outre le défi sportif, quel était l'intérêt du projet?

Montrer que grâce aux traitements actuels, il est possible de bénéficier d'une qualité de vie acceptable malgré la sclérose en plaques. Il y a vingt ou trente ans, les patients se dégradaient très vite physiquement. Mais aujourd'hui, la maladie est bien stabilisée avec les traitements. Or pour beaucoup, l'annonce du diagnostic de la SEP est synonyme de fin des projets. Ils se ferment des portes en se disant: ce n'est plus pour moi. Pourtant, il y a moyen de continuer à se lancer des défis et d'aller plus loin que ce que l'on ce serait cru capables. Je pense que ce message est important à faire passer.

Plus d'infos: http://www.msatthetopofatlas.be

Partager et imprimer cet article


NEWS

Le virus de la mononucléose, principale cause de la sclérose en plaques? 31 01 2022
Sclérose en plaques
Le virus de la mononucléose, principale cause de la sclérose en plaques?

La sclérose en plaques (SEP) touche 2,8 millions de personnes dans le monde. Sa cause n'est pas connue, mais l'un des principaux suspects est le virus d'Epstein-Barr (EBV), un viru...

Lire la suite
SEP: rencontre avec le neurologue, pensez à votre «journal» 15 04 2021
Sclérose en plaques
SEP: rencontre avec le neurologue, pensez à votre «journal»

Dès l’origine, le diagnostic de sclérose en plaques (SEP) est ardu à poser. Il n’existe à l’heure actuelle aucun test décisif pour le confirmer à lui seul. Le spécialiste doit donc...

Lire la suite
L’actualisation des critères de McDonald facilite le diagnostic de la SEP 27 05 2019
Sclérose en plaques
L’actualisation des critères de McDonald facilite le diagnostic de la SEP

Les neurologues de l’«International Panel on Diagnosis of MS» ont revu les critères de McDonald en 2017. Ces critères constituent une aide au diagnostic de la SEP par le biais de...

Lire la suite
Quel traitement pour quelle SEP? Les critères du choix thérapeutique 18 06 2018
Sclérose en plaques
Quel traitement pour quelle SEP? Les critères du choix thérapeutique

Schématiquement, on peut distinguer les traitements de la sclérose en plaques (SEP) dits «de première ligne» de ceux de «deuxième ligne» ou de «haute efficacité». Ces derniers, p...

Lire la suite

VOS ARTICLES PRÉFÉRÉS

Traitement oral de la SEP: le dyméthyl fumarate (Tecfidera®) 26 05 2015
Sclérose en plaques
Traitement oral de la SEP: le dyméthyl fumarate (Tecfidera®)

Pas encore remboursé en Belgique

Le dyméthyl fumarate (commercialisé sous le nom de Tecfidera) est un médicament anti-inflammatoire à prendre par voie orale, à raison de deux com...

Lire la suite
Traitement de la SEP: le natalizumab (Tysabri®) 26 05 2015
Sclérose en plaques
Traitement de la SEP: le natalizumab (Tysabri®)

Principe

Depuis fin 2007, un nouveau traitement est disponible dans la sclérose en plaques. En empêchant la pénétration des globules blancs dans le cerveau, le natalizumab pr...

Lire la suite
Impact de l’’environnement dans l’apparition de la SEP 23 02 2011
Sclérose en plaques
Impact de l’’environnement dans l’apparition de la SEP

Les pays tempérés plus exposés à la SEP

Des études épidémiologiques ont démontré l'importance du lieu de séjour avant l'âge de 15 ans sur le risque de développer la sclérose en p...

Lire la suite
Traitement de la SEP: la mitoxantrone (Novantrone®) 23 02 2011
Sclérose en plaques
Traitement de la SEP: la mitoxantrone (Novantrone®)

En cas d'activité importante de la maladie

La mitoxantrone est un puissant immunosuppresseur qui agit en interférant avec la multiplication et la fonction de certains globules bl...

Lire la suite
Apprendre à se piquer lorsqu’on souffre de SEP 23 02 2011
Sclérose en plaques
Apprendre à se piquer lorsqu’on souffre de SEP

Pour les trois interférons et le Copaxone®, une infirmière spécifiquement formée viendra à domicile pour apprendre au patient à se piquer. Il est utile qu'un proche soit présent af...

Lire la suite
Traitement de la SEP: l’acétate de glatiramère (Copaxone®) 23 02 2011
Sclérose en plaques
Traitement de la SEP: l’acétate de glatiramère (Copaxone®)

Principe

L'acétate de glatiramère est un mélange de petits morceaux de protéines, des peptides qui ressemblent à la myéline. Injectés quotidiennement (Copaxone® 20 mg/ml) ou tous...

Lire la suite

SONDAGE

Vous savez que votre sclérose en plaques risque d’évoluer. Comment envisagez-vous l’avenir?

MALADIES À LA UNE

Toutes les maladies
NEWSLETTER
Medipedia facebook