Cancer de la prostate - L’hormonothérapie et la chimiothérapie au service | Medipedia
Medipedia : Prévention, Bien-être & Santé

Prévention, Bien-être & Santé

Cancer de la prostate


TÉMOIGNAGES

L’hormonothérapie et la chimiothérapie au service du cancer de la prostate métastatique

L’hormonothérapie et la chimiothérapie au service du cancer de la prostate métastatique

Pr Roumeguère, spécialiste en onco-urologie à l’Hôpital Erasme

Lorsqu’un cancer de la prostate est diagnostiqué d’emblée au stade métastatique, la combinaison d’une hormonothérapie et d’une chimiothérapie ou celle de deux sortes d’hormonothérapie montre de bons résultats. Explications avec le Pr Roumeguère, spécialiste en onco-urologie à l’Hôpital Erasme.

Dans quelles parties du corps le cancer de la prostate métastase-t-il habituellement?

«Classiquement, le cancer diffuse d’abord par voie lymphatique et métastase en premier lieu au niveau des ganglions lymphatiques. Les premiers ganglions atteints sont généralement situés au niveau pelvien et rétropéritonéal (c’est-à-dire au niveau de l’espace derrière la cavité abdominale). La deuxième localisation fréquente est l’os. Les métastases osseuses sont courantes, que ce soit au niveau du bassin et du sacrum, au niveau vertébral ou des côtes. Les vertèbres touchées peuvent entraîner des tassements osseux, des fractures responsables de douleurs ou des atteintes de la moelle épinière… En 3e position, on trouve les poumons et enfin, les autres organes (foie…).»

Quel est l’intérêt de combiner l’hormonothérapie et la chimiothérapie en cas de cancer de la prostate d’emblée métastatique?

«Jusque très récemment, lorsqu’un cancer était diagnostiqué au stade métastatique ou qu’il avait évolué dans un second temps vers ce stade métastasique, on débutait par un traitement hormonal dit de première ligne à base d’agonistes ou d’antagonistes de la LHRH, qui permet d’arrêter la sécrétion de testostérone. Ce traitement pouvant n’être efficace que durant un certain temps (environ 18 mois), il était parfois suivi dans un second temps de chimiothérapie à base de docétaxel. Sont ensuite apparus des traitements hormonaux de 2e génération comme l’acétate d’abiratérone ou l’enzalutamide. Se pose aujourd’hui la question de savoir quand commencer ces nouveaux traitements et dans quel ordre afin d’optimiser les résultats en termes de ralentissement de la progression de la maladie et d’amélioration de la survie.»

Quelles sont les avancées actuelles en termes de traitement?

«Deux études (STAMPEDE et CHARTEED) ont démontré l’intérêt chez les patients d’emblée métastatiques de coupler cette hormonothérapie de première ligne avec une chimiothérapie à base de docétaxel. Cette combinaison de traitements administrés simultanément montre une amélioration d’environ 18 mois au niveau de la survie globale, essentiellement pour les patients à haut volume métastatique (c’est-à-dire avec plusieurs localisations osseuses et/ou des métastases viscérales). Pour les patients ayant un cancer à bas volume métastasique, le recours à cette combinaison de traitements reste encore discutée.»

L’hormonothérapie peut-elle uniquement être couplée à la chimiothérapie?

«Non. Il est également possible d’associer l’hormonothérapie de première ligne avec une hormonothérapie de 2e ligne à base d’acétate d’abiratérone. Deux autres études (LATITUDE et STAMPEDE également), dont les résultats ont été présentés en juin de cette année, ont étudié cette association d’hormonothérapies: les résultats démontrent un bénéfice de plus de 30% en termes de survie et de plus de 50% de réduction de la progression de la maladie chez les patients d’emblée métastatiques. Cette amélioration bénéficie tant aux patients à haut volume métastatique qu’à ceux à faible volume métastatique. Se posera donc prochainement la question du choix entre ces différents traitements et associations pour chaque patient en tenant compte des caractéristiques de la maladie. Il est important de noter que ces indications ne sont pas encore officiellement admises en Belgique.»

Certains patients ne peuvent-ils pas bénéficier de ce type de traitement?

«Certains patients âgés, affaiblis ou avec des comorbidités diverses (cardiaques, rénales, diabète…) pourraient ne pas supporter l’un ou l’autre traitement. Il est important de tenir compte de l’état général et des comorbidités des patients ainsi que de leurs attentes afin d’optimiser au mieux le traitement. C’est pourquoi on parle de médecine personnalisée. Ainsi, dans le cas de patients diabétiques par exemple, on veillera au maintien de l’équilibre glycémique avec l’acétate d’abiratérone, car cette hormone de nouvelle génération doit être prise en combinaison avec des corticoïdes susceptibles de déséquilibrer le diabète.»

Partager et imprimer cet article


NEWS

Avancées majeures dans la prise en charge du cancer de la prostate 22 11 2023
Cancer de la prostate
Avancées majeures dans la prise en charge du cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme, il touche actuellement 1 homme sur 10 en Belgique. Grâce à l’expertise des équipes multidisciplinair...

Lire la suite
«D'ici 2030, les premiers vaccins contre le cancer» 23 10 2023
Mélanome
«D'ici 2030, les premiers vaccins contre le cancer»

La technologie de l'ARNm... Une technologie révolutionnaire qui, selon la biologiste clinique Isabel Reloux-Roels (UZ Gent), peut être réutilisée lors de futures pandémie...

Lire la suite
Cancer de la prostate: traiter les effets secondaires de l’hormonothérapie 26 06 2019
Cancer de la prostate
Cancer de la prostate: traiter les effets secondaires de l’hormonothérapie

Troubles de l’humeur, fatigue, troubles de l’érection, prise de poids, perte de masse musculaire, bouffées de chaleur, taux de cholestérol et de glycémie en hausse et ost...

Lire la suite
Prostatectomie: l’arrêt du tabagisme améliore la fonction sexuelle 04 09 2017
Cancer de la prostate
Prostatectomie: l’arrêt du tabagisme améliore la fonction sexuelle

La dysfonction érectile: fréquente après une prostatectomie

L’ablation chirurgicale de la prostate (prostatectomie totale) constitue le traitement de référence du cance...

Lire la suite

VOS ARTICLES PRÉFÉRÉS

Un vaccin contre le cancer d'ici 2030? 25 10 2022
Cancer du sein
Un vaccin contre le cancer d'ici 2030?

VRTNWS s'est rendu à la Journée contre le cancer pour jeter un coup d'œil à l'hôpital universitaire d'Anvers, qui travaille assidûment à une avancée : «C'est prometteur,...

Lire la suite
15 05 2020
Cancer de la prostate
Cancer de la prostate et graisse corporelle: quel lien?

La répartition de la graisse dans le corps peut influencer la santé sur le long terme.
Ainsi, selon une étude, chez les hommes la graisse abdominale ainsi que celle logé...

Lire la suite

MALADIES À LA UNE


PRÉVENTION À LA UNE

Toutes les thématiques
NEWSLETTER
Medipedia facebook

LIENS